Musiques classiques

—Ensemble Hopper—

ven. 19 Fév 2016

Tweet about this on TwitterPin on PinterestGoogle+Share on Facebook

—Ensemble Hopper—

Skiai (Ch. Bertrand)
Skiaï, du grec signifiant « ombres », a été écrit en 1998. La première version de la pièce comportait cinq lignes autonomes, aux mesures, nuances, modes de jeu et variations de timbres individuels. Pour des raisons pratiques de mise en place, les mesures sont devenues communes à tous les instruments ; mais le principe de base est resté le même.
Il s’agit d’une pièce singulière, dans la mesure où – hormis l’explosion suivant la deuxième cadence – elle est presque tout le temps au seuil de l’audible, comme si les sons fusionnaient, devenaient inidendifiables, visant à l’indifférenciation des timbres. Toutes mes pièces depuis sont basées sur la virtuosité instrumentale, digitale, sur l’énergie du geste.
De plus, l’autre singularité est que la structure de la pièce, de même que la structure interne, ne sont pas le fruit de savants calculs ou de pré-structuration systématique : bien au contraire, la pièce a été abordée sans aucune préparation, sans pré-organisation : le discours musical s’est déployé au fil de la composition.
Cependant, plusieurs données ont conduit l’acte compositionel : l’unité de l’harmonie (toujours très diatonique – un accord omni-intervallaire doublé d’une septième mineure – et dont la consonance est brouillée par les quarts de tons), la linéarité de la musique et son interruption par des séquences cadentielles, nettement plus cursives. A posteriori, je me suis rendu compte que Skiaï était ma première tentative (bien qu’inconsciente) de donner l’illusion d’un piano jouant en quarts de tons. La fusion des timbres et de la résonance, ainsi que l’environnement microintervallaire sont tels, que l’illusion d’un piano détempéré apparaît.
Cette musique doit sembler irréelle et extatique, de par sa lenteur extrême et son déploiement quasi immobile, le temps doit paraître dilaté : l’individualité de chaque instrument y concourt, annihilant tout repère temporel.

Quatre Tableaux (M. Cominotto)
Composés à la demande du jeune ensemble Hooper, ces tableaux traduisent en musique des impressions et des ambiances plus généralement présents dans la peinture, en référence au nom du groupe.
Chaque auditeur peut ainsi laisser libre cours à son imaginaire, se laisser emporter par les couleurs musicales qui suggèrent, appellent, proposent… plus qu’elles n’imposent. C’est une approche originale d’un univers sonore et expressif peu habituel.
Les ambiances développées dans chaque tableau sont à chaque fois très différentes, avec toutefois un point commun : un jeu de mixtures sonores assez particulières, comme l’aurait fait un peintre qui, par ses mélanges de tons subtils, chercherait à obtenir de nouvelles couleurs.

Petite Suite de Maldoror (M.Fourgon)
Cette « Petite Suite de Maldoror » (2010) a été recomposée à partir de matériaux provenant du spectacle de théâtre musical intitulé « Maldoror », créé en 2000 sur des textes de Lautréamont dans une mise en scène de Michael Delaunoy (coproductionu Théâtre de la Place, L’Ensemble Musiques Nouvelles et du Senghor). À l’origine, la composition, de beaucoup plus vaste dimension, est écrite pour une soprano, deux acteurs, clarinette, percussion et piano. Dix années plus tard, j’ai réalisé cette suite instrumentale d’environ vingt minutes en conservant les trois instruments de départ auxquels j’ai ajouté un violon, ce dernier incarnant, par effluves, la dimension vocale de la partition de départ.

La pièce comprend neuf mouvements qui alternent diverses combinaisons instrumentales ainsi qu’un solo de piano et un solo de percussion. Même si la parole de Lautréamont est ici absente, son ombre plane sur l’ensemble de la composition, comme en témoignent les titres des différents mouvements :

1. Amoureuse des anciens jours (violon, vibraphone)
2. Étincelles (piano)
3. Les guirlandes embaumées (clarinette, vibraphone)
4. Improvisation (tutti)
5. Mes pieds nus (clarinette, violon)
6. Instrumental 1 (clarinette basse, violon, congas)
7. Le poulpe aux yeux de soie (percussion)
8. Cette vieille araignée de la grande espèce (tutti)
9. Instrumental 2 (clarinette basse, piano, percussion)

Michel Fourgon

RBB
Le Real Book, ainsi nommé par allusion humoristique aux « Fake Books » des années 1940 et 1950, est un livre de musique qui rassemble de nombreux standards de jazz.
Les compositions contenues dans cette 1ère édition du Real Book Belgium proviennent de compositeurs belges de jazz mais aussi de compositeurs de musiques contemporaines, plusieurs d’entre eux étant ouverts aux deux univers.
En ce sens, le Real Book Belgium s’adresse principalement aux élèves des académies de musique, des conservatoires, mais aussi aux musiciens autodidactes, qu’ils soient amateurs ou professionnels, tant sur le territoire belge qu’à l’étranger.
Le Real Book Belgium poursuit 2 objectifs : tout d’abord, il se veut un outil d’expression pour les jeunes (et moins jeunes) musiciens, amateurs et professionnels. Il participe, ensuite, à la conservation et à la diffusion du patrimoine musical de notre pays, tant en Belgique qu’à l’étranger, via le réseau des Jeunesses Musicales International.

Programmation

  • DateLieuPrix pleinsPréventePrix réduits
  • ven. 19 Fév 2016 à 20:30Salle 190012€8€8€