théâtre

—La Fregatura / La Supercherie—

jeu. 01 Déc 2016sam. 03 Déc 2016
Tweet about this on TwitterPin on PinterestGoogle+Share on Facebook

—La Fregatura / La Supercherie—

Un couple italien (dont le mari est un ancien mineur) va fêter son anniversaire de mariage.
En parallèle, les médias (la télévision et un jeune réalisateur qui veut tourner un film témoignage) profitant du double anniversaire des accords belgo-italiens et de la commémoration de la catastrophe du Bois du Cazier, veulent faire un scoop en récupérant les moindres détails qui s’y rapportent.
Le couple joue le jeu jusqu’à un certain point…
Lors d’un repas à l’italienne, il rassemble la famille ainsi qu’une amie sociologue de leur fille.
La rencontre des différences (langue, racines culturelles, cuisine, etc.) est enrichissante.
Ce texte, à la fois poétique, politique et philosophique, confronte les générations successives de l’immigration.
Comment réagir face aux médias assoiffés de scoops, de sensationnalisme ?
Jusqu’où témoigner et dans quelle proportion ?
Ce spectacle au parfum de néoréalisme italien ponctué de souvenirs ,d’humour, de rêves, d’illusions et de chansons, nous fait voyager de l’action au mouvement suspendu, de la parole au chant, du français à l’italien et du dialogue au monologue intérieur.
Cette comédie est la troisième création par Monique Lenoble sur un texte de Cara (« festins d’Amours et de Chères » aux tréteaux de Bruxelles, « l’Autre Antigone » à l’Éden de Charleroi) servie par des comédiens tous apparentés de près ou de loin à l’Italie.

Triple Anniversaire :
70 ans de la commémoration des accords belgo-italien, 60 ans de la catastrophe du Bois du Cazier et les 40 ans du jumelage entre Etterbeek et Forte dei Marmi (Italie) – 1977-2017.

Dans ce contexte, le spectacle «La Fregatura» /«La Supercherie» a tout son sens.
L’immigration italienne en Belgique est un exemple de réussite. Tant sur le plan social, culturel, politique qu’économique.
Ces hommes venus du pays du soleil appelés à travailler dans la grisaille et l’humidité d’un pays inconnu ; le froid ou la chaleur des profondeurs obscures et les bruits assourdissants des puits des mines.
Malgré ces conditions de travail et de vie impitoyablement dures, la promiscuité, la fatigue harassante, à arracher cet or noir du ventre de la terre, nait entre eux, hommes, femmes et enfants de différentes nationalités, une amitié, une humanité indéfectible.
Dans le cas ici de la Fregatura, le choix de l’intemporalité est voulu pour dépasser l’anecdotique et le con nement du sujet lié à une certaine époque et ainsi privilégier la situation.
Le couple Nino-Pierina confronté à l’appétit des médias lors des commémorations, joue le jeu jusqu’à un certain point sans être dupe et en gardant leur honneur et leur intégrité.
Deux types de théâtralité se dégagent de l’écriture de Cara :
des dialogues directs, coupés par des monologues ainsi que par des chants et comme souvent chez l’auteur, la table reste un élément central de la scénographie.
Dans cette pièce, j’aime la dignité et la erté du couple Nino/Pierina, qui fêtent leur anniversaire de mariage en Italie. Tantôt ils s’aiment, tantôt ils se déchirent à l’italienne.
On traverse avec eux les souvenirs douloureux, les rêves cassés*.
Et pourtant se dégage de leur histoire une véritable philosophie et une poésie : «Un Mariage de Rêve et de Charbon».
MONIQUE LENOBLE

Programmation

  • DateLieuPrix pleinsPréventePrix réduits
  • jeu. 01 Déc 2016 à 20:30Salle 190012€9€10€
  • ven. 02 Déc 2016 à 13:30Salle 190012€9€10€
  • sam. 03 Déc 2016 à 20:30Salle 190012€9€10€